Droit des affaires > droit du contrat

interdit de jeu et gain au casino, responsabilité en cas d'interdiction de jeu


précisions apportées le 13 avril 2011


Une personne interdite de jeu ne peut réaliser aucun gain si elle parvient à jouer et à gagner malgré l'interdiction de jeu.

La personne interdite de jeux ne peut non plus obtenir des dommages intérêts en compensation du gain d’argent qu’elle ne peut empocher.

C’est ce qui ressort d’une jurisprudence récente de la Cour de cassation à propos du gain qu’un joueur interdit avait sollicité. Ce joueur, probablement compulsif, avait pu jouer au casino, malgré la mesure d’interdiction volontaire de jeu dont il était l’objet.

(NB lire : sur la question de la motivation d'une décison d'exclusion des jeux )

Selon la Cour de cassation, « Le contrat de jeu étant nul, le joueur devait être débouté de sa demande de paiement de son gain ». Celui-ci ne pouvait non plus obtenir des dommages intérêts en réparation du gain dont il était privé : « Une victime ne peut obtenir la réparation de la perte de ses rémunérations que si celles-ci sont licites ».

Arrêt du 22 février 2007, chambre civile de la Cour de cassation, n° 06-10131


Cette affaire est l’occasion de s’interroger sur quelques aspects du régime du jeu « interdit » (cas de l’interdiction prononcée à la demande du joueur).

Tout joueur compulsif peut demander au ministère de l’intérieur de figurer sur la liste des interdits de jeux volontaires en vue de se protéger contre sa propre addiction et de se voir refuser l’accès aux casinos. En principe, les casinos qui détiennent obligatoirement le fichier des interdits de jeu, doivent vérifier que le joueur n’est pas inscrit sur la liste. S’il l’est, l’accès doit lui être interdit,bien évidemment.


Le « contrat de jeu » souscrit par un tel joueur, en méconnaissance de l’interdiction est nul. Mais cette nullité est source de plusieurs difficultés et incertitudes juridiques aux conséquences pratiques qui peuvent être importantes.


En effet, on peut estimer que lorsqu’un casino ne remplit pas son obligation d’interdire l’accès de tels joueurs à son établissement, celui-ci est en faute ; et sa négligence ne doit pas lui profiter par des recettes illicites.


En outre, on aurait pu aussi penser que la nullité du contrat ne peut être invoquée que par le joueur, non par la société de jeu.

En effet, d’une part, le joueur compulsif est à l’origine de la demande d’interdiction. Cette interdiction est prononcée pour le protéger et lui profiter. Il sollicite l’aide des sociétés de jeu pour combattre son addiction. Si le casino manque à son devoir, peut-il se prévaloir néanmoins de ce que la personne n’aurait pas dû jouer ?
D’autre part, l'activité de jeu d’argent - longtemps considérée comme totalement immorale - n’est pas libre, mais strictement réglementée. Lorsqu’elle est licite, elle l’est par dérogation. Il paraît donc normal que les sociétés de jeu, qui bénéficient de cette dérogation, respectent rigoureusement leurs obligations. En définitive, on peut considérer qu’une obligation d’ordre public est mise à la charge de l’entreprise ; cette dernière est tenue de protéger les personnes vulnérables ou compulsives face au jeu.


Mais par ailleurs, le joueur interdit doit être dissuadé de l’intérêt du jeu. Il est bénéfique pour lui qu’il ne puisse nourrir l’espoir d’un gain quelconque en jouant, malgré l’interdiction et « grâce » à une éventuelle négligence du casino. S’il était le seul à pouvoir invoquer la nullité du contrat , il pourrait espérer empocher un gain après avoir réussi à accéder au jeu. L’arrêt dont il est question ci-dessus est très clair : le contrat de jeu étant illicite, le joueur interdit de jeu ne peut en tirer aucun avantage et se prévaloir du contrat. La nullité du contrat lui est donc bien opposable.


Reste un autre aspect très important du problème : celui de l’appauvrissement du joueur compulsif, frappé d’interdiction et qui a pu accéder au casino. Quid de la responsabilité de l’entreprise en cas de négligence de sa part ? A notre avis, sur le plan du principe, elle est assurément engagée. Mais il faudra aussi tenir compte des circonstances de fait.


sur la situation de celui qui perd beaucoup d'argent quoiqu'il soit interdit de jeu et ses recours vis à vis du casino

Sur un autre sujet relatif au droit à un gain : annonce d'un gain de loterie et paiement du gain


Jean Marc MIGLIETTI
Avocat au Barreau de Lyon

Lyon, le 10 mars 2007, modifié le 13 avril 2011




NB. Si vous êtes particulièrement concerné par un sujet de droit du travail ou de droit des affaires, ce site vous permet d'obtenir une information ou conseil d'avocat en ligne.

Si vous voulez lire d'autres articles en droit du travail ou droit des affaires













L'actualité du droit des affaires

droit du contrat



Tarifs création de site internet