Le droit du travail sert de médiateur entre les travailleurs, les employeurs, les syndicats et le gouvernement. Le droit du travail collectif a trait à la relation tripartite entre l’employé, l’employeur et le syndicat. Le droit du travail individuel concerne les droits des travailleurs au travail et au contrat de travail.

Les normes d’emploi sont des normes sociales (dans certains cas également des normes techniques) pour les conditions sociales minimales acceptables dans lesquelles les employés ou les entrepreneurs sont autorisés à travailler.

Histoire du droit du travail

Le droit du travail est apparu parallèlement à la révolution industrielle, la relation entre travailleur et employeur étant passée d’un atelier de production à petite échelle à une grande usine. Les travailleurs recherchaient de meilleures conditions et le droit de s’affilier à un syndicat (ou de ne pas y adhérer), tandis que les employeurs recherchaient une main-d’œuvre plus prévisible, flexible et moins coûteuse. L’état du droit du travail à tout moment est donc à la fois le produit et la composante des luttes entre diverses forces sociales.

L’Angleterre étant le premier pays à s’industrialiser, elle fut aussi la première à faire face aux conséquences souvent épouvantables de la révolution industrielle dans un cadre économique moins réglementé. Au cours de la fin du XVIIIe siècle et du début jusqu’au milieu du XIXe siècle, les fondements du droit du travail moderne ont été lentement établis, certains des aspects les plus flagrants des conditions de travail ayant été progressivement améliorés par la législation.